L'insolitude

by Andoni Iturrioz

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Digipack

    Includes unlimited streaming of L'insolitude via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €14 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €10 EUR  or more

     

  • Full Digital Discography

    Get all 3 Andoni Iturrioz releases available on Bandcamp and save 25%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of Le Roi des ruines, L'insolitude, and Qui chante le matin est peut-être un oiseau. , and , .

    Purchasable with gift card

      €22.50 EUR or more (25% OFF)

     

1.
C’est l’œil qui a créé l’eau. L’œil a créé l’eau. Comme pour y noyer son regard. Je regarde encore le vent Qui s’attaque aux rayons de soleil. Il attaque le soleil ! Il veut souffler le jour. Je regarde les enfants Qui s’éclatent quand ils jouent à la haine. Ils veulent jouer à la haine… Vu que la loi c’est l’amour. Le soleil est radieux, c’est écrit dans le journal. C’est l’œil qui a créé l’eau. L’œil a créé l’eau. Comme pour y noyer son regard. Je regarde encore le temps qui éclate Quand j’embrasse la haine. J’fais l’amour à la haine. Êtes-vous contre faire l’amour ? Choisis la douleur que tu préfères ! Si tu m’aimes, laisse-moi être un tyran ! Quelle horreur peut-on faire Pour briser le cours du temps un instant ? La mort est enceinte de moi ! Et sans l’absurde, plus rien n’aurait de sens. Faut-il donc que l’on meure Pour sentir enfin qu’on avance ? Le soleil est radieux, c’est écrit dans le journal.
2.
L'insolitude 04:07
Comment dit-on quand on seul Sans se sentir abandonné Quand la solitude ne gueule Que pour nous dire qu’on est aimé ? Quand le désert est une richesse, Mais une richesse qui nous possède. Quand vibre au ventre un GPS Pointant des ciels qui nous obsèdent. Comment le dire ? Comment dit-on ? Je l’appellerai l’insolitude. On n’est pas seul, on est en route ! Même sédentaire, être de passage… On a la foi, on croit au doute. Les courants d’air sont des messages. Quelque chose d’intime est dans l’espace… Toi qui m’écoutes, toi, je te parle ! Sais-tu l’abîme dessous tes traces ? Dans ta cavale, sens-tu la grâce ? Comment le dire ? Comment dit-on ? Je l’appellerai l’insolitude. Et les cailloux ont tous raison Quand il s’agit de comprendre le monde. Car ces mystères, comme l’horizon, Plus on s’avance, moins ils répondent. Mais la beauté vient de l’au-delà ! Comme un bébé dans la poussière… Plus on la voit, plus elle est là ! Et sommes-nous seuls lors d’une prière ? Comment le dire ? Comment dit-on ? Je l’appellerai l’insolitude. J’ouvre la pluie comme un rideau En avançant dans le futur. Je sens une foule derrière mon dos Que font marrer mes aventures. J’suis amoureux dans tous les sens ! Ça rétablit un équilibre… Trouver dans l’amour son essence : Être amoureux, c’est être libre ! J’suis un voyage plutôt qu’un homme. J’suis mille personnes en un chemin. Et comme un ver au cœur d’une pomme, Au cœur d’mon corps creuse un destin. J’ai l’œil en flèche comme la lumière. La vie qui tremble comme un mirage. Le cœur qui roule comme une terre. Et seul, je pars à l’abordage !... Comment le dire ? Comment dit-on ? Je l’appellerai l’insolitude.
3.
Combien ? 03:13
J’ai peur de rien, je suis un veau J’vois pas grand-chose, c’est déjà beau Un flou joli, couleur d’orties Et des galets sous mes sabots C’est déjà beau J’ai peur de rien dans la nuit noire On n’y voit rien, j’y vois l’espoir Des airs d’lumière sous les paupières Et tout le ciel qu’il faut pour voir Moi j’y vois l’espoir Mais quelle joie faut-il pour le bonheur ? Combien j’dois rire pour être content ? Est-ce que sourire compte pour du beurre ? Est-ce que pleurer se paye comptant ? Combien encore qu’je dois me marrer ? Combien aimer, combien d’amantes ? Combien d’histoires je dois marcher ? Quelle peine puis-je tuer sans qu’elle me hante ? C’est combien, le bonheur ? J’ai mal nulle part, j’suis en vacances Un tour d’mappemonde et l’tour d’ma panse Je réfléchis, ça rafraichit Et puis ça peuple le silence Moi j’suis en vacances J’ai mal nulle part, même pas aux dents Enfin un peu, c’est vrai, je mens C’est comme un rêve qui se soulève Une douleur douce, profondément Même pas aux dents ! Mais quelle croix faut-il pour l’bonheur ? Combien j’dois rire pour être content ? Est-ce que souffrir compte pour du beurre ? Est-ce que râler se paye comptant ? Combien encore qu’je dois m’marrer ? Combien aimer, combien d’amantes ? Combien d’tristesses je dois marcher ? Quelle haine tuer sans qu’elle me tente ? C’est combien, le bonheur ? Non tout va bien, moi j’dis chapeau Quand même faut l’faire, j’suis presque beau Et puis content en m’appliquant C’est vrai qu’le bon dieu a bon dos Moi, j’dis chapeau Non tout va bien, j’ai mal à rien Dans la nuit blanche, je me sens bien Et l’hôpital fait même pas mal C’est blanc et plein de va-et-vient Moi j’me sens bien Mais quelle foi faut-il pour l’bonheur ? Combien j’dois dire que j’suis content ? Est-ce que souffrir compte pour du beurre ? Est-ce que mourir se paye comptant ? Combien encore qu’je dois rester ? Combien j’dois vivre, combien d’attente ? Combien de temps pour m’terrasser ? Quelle peine va m’tuer sans qu’je vous hante ? C’est combien, le bonheur ? C’est combien dis, le paradis ?
4.
Bleu nazi 02:51
Lisa a les yeux bleu nazi, Noirs comme l’océan Aryen, Le regard en chien de fusil, Plein de combats aériens. Et quel amour que cette furie ! C’est plein d’horreurs dans nos caresses. J’suis mort de peur quand elle sourit, J’ai peur de mourir quand elle cesse. Ah la salope mon amour ! Hiroshima mon amante ! V’là qu’je bande, ça ne fait qu’un tour, Un demi-tour, elle me la plante ! Lisa a les yeux bleu nazi Et aime l’amour dans la nuit noire. Elle a la haine comme poésie Et sa violence brille dans le soir. Elle crie très bien, c’est merveilleux ! C’est plein de charme dans sa glotte. Cent décibels, elle se sent mieux, Elle se sent belle puis elle sanglote. Elle est mon amour kamikaze ! Ma lune de sel, mon bouquet d’croix… Elle s’éclate ma bobonne de gaz ! Elle saute dans le vide à « un, deux, trois ! » C’est comme un astre qui se désastre. Elle tombe des nues sur la banquise. Elle est en joie quand elle s’encastre Et puis elle pleure parce qu’elle se brise. Lisa a les yeux bleu nazi. Elle est un ange à mitraillette, Une vraie sainte en hérésie, Une Ben Laden avec des couettes. Son amour est un incendie, Un soir de bal, une pendaison, Un gros câlin dans les orties, Un tour d’grand huit sur l’horizon. C’est plein de joies dans nos tortures, On y déterre la vie qui chante ! Tout n’est qu’un jeu, pourvu qu’ça dure ! Lisa, sois gentille, reste méchante !
5.
On ne perd jamais la foi… On la déplace. Tu garderas le soleil, Je garderai la foi, Mais je prendrai le sommeil Pour oublier quelques fois. Tu garderas le soleil, J’boirai n’importe quoi Pour subir les heures de veille, Et apprivoiser le froid. Mais tu passes dans ma vue, Et souris trop pour moi. Et je tremble dans toi nue Quelques fois… Les portes sont fâchées Et coulent sur le ciment. Et la rue hébétée Se cambre sous le vent. D’une main je cligne de l’œil Et m’abreuve de sable, Dans ce drôle de cercueil Où le monde s’attable. Et le gras crève le vent Sous l’aisselle des dames, Et leurs culs clignotants Interpellent nos palmes. Tu garderas le soleil, Je garderai la foi, Mais je prendrai le sommeil Pour oublier quelques fois. Tu garderas le soleil, J’boirai n’importe quoi Pour subir les heures de veille, Et apprivoiser le froid. Mais tu passes dans ma vue, Et souris trop pour moi. Et je tremble dans toi nue Quelques fois… Moi je bronze de colère Dans mon vin et ma bière, Puis j’oublie aussitôt Perturbé par un rot. Mais je chante quand même, Entamé par le fiel, Que je la hais, que je l’aime, Que j’ai presque été fidèle. Et le comptoir s’écœure Affaissé sur sa face, Quand la nuit, c’est d’jà l’heure, Gentiment nous efface… Tu garderas le soleil, Je garderai la foi, Mais je prendrai le sommeil Pour oublier quelques fois. Tu garderas le soleil, J’boirai n’importe quoi Que tu puisses être pareille, A la lumière d’autrefois. Mais tu passes dans ma vue, Et souris trop pour moi. Et je tremble dans toi nue Quelques fois…
6.
Au début y’a le rêve Le verbe va poursuivant Puis l’esprit rêve d’un geste Ce geste c’est le chant. Jamais on m’oubliera. Jamais tu m’oublieras. Bien plus grand que la pluie Plus vaste que le vent. Je suis un mégalomane Au service du monde. Je t’aime. Je suis un mégalomane Et je soigne le monde. Oh ! Je t’aime. Comme une bulle, le chant crève mon visage Et je parle pour le silence. J’avance sur le vent, sur le souffle je voyage. Je parle pour le silence. Tout est beaucoup trop grand. Comment ne pas chanter ? Faut se construire l’été, Sous le printemps y’a le chant. Sois beau et contagieux ! Être beau et contagieux ! Convoquer les oiseaux, Bouleverser les passants. La beauté a besoin de nous pour s’atteindre. Je te hurle le silence. Je chante l’exploit de la lumière dans chaque regard, La rue rose de tes lèvres et les gares du hasard, Le désert de bon cœur, le balcon de tes bras, Si je chante encore peut-être, tu m’ouvriras ! Je chante la danse, je chante pour courir dans l’air. Je chante avec espoir, humour, misère. Je chante en roi, joie, fille, vœu, bleu, bois, bille, feu. Je chante avec le corps qui cède. Je chante la haine, qui est la mort mais vivante ! Je chante l’amour, qui est la mort mais naissante. Je chante la mort qui construit le monde. Je chante la mère, planquée dans l’air Qui a mis le monde au monde. Je chante avec le corps qui sait, la joie du vide, Le rire de l’âme, les secrets de la matière. Je chante le rêve en flammes dans lequel nous avançons. Je chante comme un garçon. Les couloirs de lumière, les miracles, la montagne, Les cours d’eau, d’or, de pierres et d’Espagne. Je chante en fronde, je chante la violence et la beauté. Je chante la vie. Au début, y’a le cri. Je chante. Je crée le monde. Je crée le monde.
7.
Choubidou 03:54
Le dernier jour de terre est arrivé, La lumière bat de l’aile Et l’horizon est acculé Dans un coin de ciel noir. On l’a bien eu le futur, attrapé. Il pleut des bris de ciel. Les Dieux se sont ramassés. On ferme les étoiles… Choubidou, enfant, joue, tue ta mère. Joue mon chou, enfant, joue, tue ton père. Choubidou, enfant, nous n’sommes maintenant Plus qu’un écho à travers temps. Les vieillards sont ivres et soulagés. Ils veulent se faire la plus belle ! Tout devient simple à partager : Faut tout finir avant le soir. Comme par miracle, tout le monde sait danser. Il pleut des hirondelles. Pour rire y’en a qui veulent les ramasser… On ferme les étoiles… Choubidou, enfant, joue à la mer Joue mon chou, enfant, joue à la terre. Choubidou, enfant, nous n’sommes maintenant Plus qu’un écho dans l’espace-temps. J’ai planqué mon bonheur dans la lumière d’une étoile. Choubidou, enfant, nous n’sommes maintenant Plus qu’un écho dans l’espace-temps.
8.
L'aurore 04:26
C’est au cœur de la nuit que soudain attaque l’aurore. J’entends le temps qui craque dans les vents noirs. C’est au cœur de la nuit que soudain attaque l’aurore. J’entends le temps qui craque… Et explose le ciel quand le futur se jette sur nous. Oh ! nous sommes autre chose ! Chaque matin le ciel est en guerre et saigne sur nous. Sous le soleil le temps cogne sans le moindre temps mort. Mais je l’entends qui se tasse quand vient le soir. Sous le soleil le temps cogne sans le moindre temps mort. Mais la nuit, il se tasse… Il explose le ciel pour faire un autre jour Oh ! nous sommes autre chose. Il explose le ciel pour faire un nouveau jour. L’aurore est une guerre contre le temps qui passe. Dans le ciel le futur trace sa route à coups de schlass. L’aurore est une guerre contre le temps qui passe. Le futur commence toujours en incendie Et brûle tout ce qui n’est pas dans la course. Le futur commence toujours en incendie Et brûle ce qui n’est pas dans la course. C’est au cœur de la nuit que soudain attaque l’aurore…
9.
Maite ditut maite gure bazterrak Lambroak izkutatzen dizkidanean Zer ilkutaten duen Ez didanean ikusten uzten Orduan hasten bainaiz izkutukoa… Nere baitan bizten diren Bazter miresgarriak ikusten. *** Je les aime, j’aime nos paysages Lorsque la brume les cache, Ne me permettant pas de voir Ce qu’elle cache. Alors je commence dans ma cachette A voir des paysages merveilleux Qui se mettent à vivre Dans mon intérieur.
10.
Nous sommes au Moyen-Âge. Les lampadaires ne portent pas de pendus Mais la lune est éclatante. Je suis plein de félins Dans l’angoisse environnante : Je rôde dans l’air… *** Tout espoir à inventer chaque jour Est de marbre dans la nuit. J’en fait des maquettes, Des plans, planètes, Constructions, Assemblages d’une inventivité festive, Des futurs de fête foraine Dans le vent à l’envers… *** Ô la belle dans la bête ! Elle est ma création ! Par romantisme, handicap, violence ! Ô la beauté ! L’espoir du beau au creux de la haine ! Violence ethnique, sociale, religieuse : Mon œuvre ! L’étendard étendu, droit, contre l’horizon ! Ô espoir ! Nous sommes au Moyen-Âge *** La Terre est une terre de goulag, Dans tous les sens, A tout extrême ! L’abondance : Béante, castrante, Avide, vide… Et le manque ! A pleine dents, Épanoui dans l’horreur, La pauvreté jubilatoire ! A en bouffer ses enfants ! *** La Terre est un goulag et nous sommes nos propres kapos. Ô Espoir ! Le bleu en retard… Faites la fête ! Le bonheur dans le noir ! Ô alcools, drogues et autres fééries ! Cris de joie dans les cimetières ! Rires d’amour sous les vautours ! Ô joie dans le soir sorcier ! Prendre la mort par le bon bout. *** Et l’amour ! La crème ! Le désir à la baguette ! Ô les corps étreints dans le soir, La poudre en envol, Les yeux, La mémoire, La poignée de ciel face au sel, La beauté attrapée, atteinte, étreinte, éteinte… Ô les cœurs dans le cendrier ! *** Dans le bleu en retard, Le gris de la guerre, La cendre au combat, L’amour à bouts de bras : La tradition. Ô les maquettes ! Les recettes, les usages, Les codes à préserver, Le langage face au ciel, Le ciel plié en Dieux… Mon Dieu, mon Dieu, le mien ! Ô espoir, le désir, le pouvoir, Posséder à qui l’on appartient, Être l’esclave qui sait, Le kapo, Suceur de déité et créateur de la méthode, Responsable initiatique, Charmant chamane… Gardien dans ton cul De la tradition ! *** C’est à l’aurore qu’est sublime l’horreur du monde ! C’est à l’aurore que trousse le diable ! A l’heure de la renaissance Ô la fécondité ! Ô la baise dans le soleil, La rosée, les senteurs arrosées dans la claque matinale, Les cris de joie dans la douleur renouvelée, Les pas pressés et la lumière oblique ! Quel élan sarcastique grise l’air en beauté ? Les oiseaux crient colorés dans le ciel renaissant Et l’ouvrier se brosse les dents avec un air tragique. Le monde est magique ! On chante le miracle renouvelé de la chaîne L’amour chevalier du quotidien rampant, L’écrasement de la fugue nocturne, La salve dans le ventre mutin. Ô le matin ! Des courages dressés vers le ciel Comme autant d’insolence d’humiliés, D’élans candides, Des transes de mortification romantique, Érotique, Des suicides pleins de vie. Ô l’orgie de frustration, Ô le festin quotidien ! Le jour à la cuillère… Il faut se le creuser ! Ô l’enthousiasme contre le mur ! La lutte éperdue ! La guerre en soi, hors soi, La guerre saine après la guerre sainte, Le combat amoral dans la beauté, Le massacre jouissif de la vie Pour la survie ! Ô la survie ! Sur la vie ! L’élan vers l’idéal atteint ! L’idéal par le pragmatisme ! Voilà l’idéaliste ! Voilà l’idéaliste ! Le survivant ! Le monde est magique.
11.
Presque 03:34
J’ai un trèfle presque à quatre feuilles Et le regard sorcier. Comme un moineau au fond de l’œil Sur le ciel remercié. J’cueille des oranges sur la lumière, Je vois la beauté. Je me balance aux branches d’air, C’est presque l’été. J’ai un trèfle presque à quatre feuilles. J’suis presque magicien ! J’ai toutes les femmes au coin de l’œil, J’les ai presque au creux d’la main. J’peux presque léviter ! Presque être heureux ! J’regarde la vie me raconter C’que j’ferai pour devenir vieux. J’ai un trèfle presque à quatre feuilles. J’suis presque roi, presque fou. Je danse à poil sur mon cercueil, J’ris à la mort qui crie au loup. J’ai un trèfle presque à quatre feuilles. Des trains de rires me traversent… Et toutes les joies que je recueille, Avaient leur tristesse sous l’averse. J’ai un trèfle presque à quatre feuilles. J’suis comme un commandant ! J’ai la haine au doigt et à l’œil. Je décide mes rages de dents… J’vais dans la vie comme dans la mort Puisque toutes deux sont l’inconnu. Je ris, j’ai peur, je crie, j’ai tort, Mais où que j’aille, j’y vais tout nu. J’ai un trèfle presque à quatre feuilles. J’suis presque magicien. J’sors un tremplin de chaque écueil, Une chanson d’un amour ancien. J’contemple le ciel à la bougie, Et dans le noir, j’fais des histoires… Ce qui est magique dans la magie ? Regarde-moi… c’est d’y croire.

credits

released January 1, 2014

license

all rights reserved

tags

about

Andoni Iturrioz Paris, France

andoniiturrioz.com

Depuis la tradition vers l’expérimental le plus débridé, la musique d’Andoni Iturrioz est une tempête sur la chanson française,
à texte, celle qui résiste, tout à côté de la poésie.
... more

contact / help

Contact Andoni Iturrioz

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Andoni Iturrioz, you may also like: